Histoire d'Authier

C'est en 2018 que la municipalité d'Authier célébrera les cent ans de son incorporation municipale, bien que les premiers pionniers étaient déjà établis sur des terres dès 1912-13. Le maire Arthur Duchaine présida la première séance le 4 novembre 1918. La population se chiffrait alors à 280 personnes. L'érection canonique de la paroisse placée sous le patronage de Saint-Jude se fera en 1920. L'abbé Rosaire Lecompte sera le premier curé de la paroisse dès 1920 et la première église sera construite en 1928. Pendant plusieurs décennies, deux Commissions scolaires administrèrent deux parties bien distinctes du territoire : une pour le canton Languedoc et une autre pour le canton Royal-Roussillon. Deux entités solidement campées sur leurs positions tentèrent d'obtenir le site de l'église qui sera définitivement fixé par Monseigneur Latulipe de Haileybury. Pendant des décennies, l'agriculture et la forêt assurèrent l'économie de la municipalité. La gare d'Authier fut le centre névralgique de la vie du milieu à cette époque où tout transigeait par voie ferrée. Authier s'enorgueillit de posséder un site historique, l'école du rang II, qui évoque la vie scolaire en milieu rural des années 30. Avec la rivière Bellefeuille qui traverse l'ensemble de son territoire et une source d'eau unique sur son esker du canton Languedoc, Authier possède un potentiel hydrique qui ajoute une valeur importante à la municipalité.  D'ailleurs, le Comité du Centième met en perspective le potentiel de cette source dans son slogan : Authier, 100 ans, SOURCE de souvenirs ainsi que dans la conception du logo pour les festivités.


La source

 

Sur la musique de la chanson de Gilles Vigneault, Charlie-Jos                                                                              Musique : G. Vigneault (A/C), B. Fecteau (C)           

                                                                                                                                                                                                           Paroles : Renée Plante                                                                                              

1. Sous le ciel de mon village                              

Qu’ensembl’ on fête aujourd’hui                       

C’est un siècle de labeurs infinis                        

Nos ancêtres ont défriché                                   

Nos sols, nos routes, nos boisés                          

Pour découvrir une source ignorée.          

On y cueille des bleuets,                                   

De l’eau pure, havre de paix                              

Près du ruisseau à Authier, on se plaît.                

Quand on trouve les jours trop longs,                  

On s’rassembl’ dans les maisons,                        

On sort les violons, la danse, La Bonne Chanson.  

 

Une source coule au cœur de mon pays,              

Eau limpide, un cadeau du paradis.                      

Malgré tous les grands défis,                                

C’est la source qu’on chérit,                                 

Résurgence d’un esker semant la vie.                   

 

2. J’y ai connu mon grand-père

Son magasin général

Où les gens s’ravitaillaient à cheval

Ont vécu le temps de la crise

Les pitons, la p’tite monnaie

L’époque de la grande misère arrivait.

Ils ont passé au travers

Grâce aux fermes et à la terre

Mais aussi grâce aux recett’ de nos grands-mères.

On chassa les orignaux,

Les cailles aussi les perdreaux

La nature y pourvoyait dans le hameau.

 

Et la source continue sa mélodie,

Un nectar qui jaillit à l’infini.

Malgré tous les grands défis,

Cet or bleu ragaillardit

Notre amour pour ce pays, l’Abitibi.

3. Ce fut le temps d’l’après-guerre

Où l’exode a commencé                            

Vers les villes on s’est tournés, pour gagner.   

Souvent on y a perdu                                    

Mais nos maisons et nos rues                     

Se sont tranquill’ment vidées, sans pitié.         

À Authier dans le village,                                 

On a vu détruire la gare,                                   

L’hôtel et la vieille église à trois étages,       

On a délaissé nos terres                                   

Et la source et la rivière                          

Qui faisaient vibrer nos cœurs et nos espoirs.    

 

Mais la source coul’ encore dans notre nuit,    

Elle nous montre le chemin de la vie.                  

Allume-nous de ce feu                                         

Qui animait nos aïeux                                          

Pour rêver nos quatr’ cantons si merveilleux.   

 

4. Plusieurs villages rassemblés

Ont créé une fédérée

Qui établit ses bureaux, à Authier.

Elle fit vivre trente années

Camionneurs et forestiers

Puis la vie reprit enfin dans nos quartiers.

Il suffit de très peu d’homm’s

Pour croire au projet en somme

Pour trouver la foi qu’on croyait oubliée

Et pour tout recommencer,

Pour trouver la volonté

Dans les pas de l’ambitieux Hector Authier.

 

Et la source coule toujours aujourd’hui,

Elle chante sans fin l’hymn’ à la vie.

Sa vigueur brise nos peurs

Pour aller vers le meilleur

Abreuvant ainsi la passion de nos cœurs.

 

 


                                                                                             Chaque fois qu’un train siffle dans la nuit,

                                                                                             Chaque fois que j’entends le fil de l’eau,

                                                                                             Je m’ennuie des mélodies

                                                                                             Qui mettaient nos yeux dans l’eau

                                                                                             Que chantaient le train du nord et le ruisseau.

 

 

N.B. M. Gilles Vigneault a donné l’autorisation d’utiliser la musique pour le chant-thème du centième d'Authier